#directPR #numérique #Digital #Marketing : pas si bizarre comme nom de billet…

Comme des millions de français, j’ai écouté attentivement le discours à mi-mandat de Monsieur le Président de la République. Un point en particulier, parmi d’autres, a attiré mon attention : « Nous allons apprendre le codage et équiper les élèves de tablettes digitales ».

Deux annonces surprenantes pour tenter de répondre à cette assistante maternelle qui expliquait que la force du numérique pour les villages était de profiter de la compétence d’autres professeurs habitant dans les villes, et renforcer ainsi le contenu des programmes disponibles dans nos campagnes,  annonces qui ne manquèrent pas de m’interroger…

Tout naturellement, j’ai juxtaposé les deux propositions énoncées ce jeudi 6 novembre, à mes 6 dernières interventions dans les écoles hôtelières dans lesquelles j’échange avec la jeune génération sur l’enjeu du digital dans leur futur métier au sein des hôtels et des restaurants.

Sur cette première proposition « Apprendre le codage » : je ne suis pas sûr que lors de la révolution du transport, les conseillers de Jean Jaurès auraient pensé préparer nos enfants à la mondialisation des échanges en leur enseignant à monter ou à démonter un moteur. Il va sans dire que préparer nos jeunes aux enjeux de la digitalisation dans leur métier de demain, en les formant aux techniques de développement informatique ou numérique me laisse perplexe, sauf dans le cadre d’une vocation ou d’une volonté à y faire carrière, cela va de soi.

Sur la seconde initiative « Equiper les élèves de tablettes », chaque fois que j’ai interrogé un élève sur sa perception du digital, j’ai vite compris qu’il avait installé son premier anti-virus avant d’avoir ouvert un livre. Il y a 49,7 millions d’internautes en France, 30,5 millions sont des « mobinautes », 19,5 Millions sont sur tablettes, 51 % des utilisateurs font déjà des recherches depuis leur portable (Source Google), cette mesure apparaît donc comme une mise à niveau nécessaire des infrastructures de l’éducation nationale, une mesure de rattrapage, non une mesure visionnaire.

Lorsqu’on évoque les enjeux du numérique dans notre enseignement, ne doit-on pas plutôt penser à faire évoluer des programmes de marketing et communication des écoles pour les immerger dans le monde du digital ? Permettre aux PME-PMI de retrouver de la croissance et de renouer un dialogue direct avec les consommateurs ?

Pourquoi faire une relation entre l’enseignement et l’entreprise ?

Entrepreneur dans l’âme, j’obtiens mon BTS en 1996, et la même année je fonde une première agence, aujourd’hui dirigée par d’autres, et pour asseoir mes idées dans une réalité économique, je me documente sur le marketing : C’est l’ère de Goldorak à la télé et de la règle des 4 P en marketing : Produit | Placement | Prix | Promotion.

Je referme rapidement ces livres et mets au cœur de notre processus de création, le bénéfice client, traduit par l’innovation et l’excellence.

20 ans plus tard, en reprenant le chemin de l’école mais cette fois en qualité d’intervenant, j’ouvre un livre de marketing transmis dans les écoles, pensant naturellement mettre à jour mes connaissances théoriques, et stupéfaction: les 4 P sont toujours présents.

Ma conclusion est donc que la jeunesse n’a pas besoin de l’école pour découvrir l’usage de la tablette ou pour trouver de l’information, elle a besoin de l’école pour trouver des formations qui répondent aux enjeux d’aujourd’hui : Les gagnants d’hier ne seront pas les leaders de demain.

Alors que le 4eme trimestre annonce une croissance de 0,1%, nous devons comprendre que nous sommes l’un des plus beaux pays pour bâtir et construire des projets mais nous ne savons pas les vendre et les exporter.

Alors si un des conseillers lit ce billet, j’aimerais qu’il propose d’actualiser les livres de marketing et de communication et d’insérer une nouvelle formule, pas une règle car le monde va trop vite :

Les 4 D : Deal | Direct | Data | Digital : la distribution de demain passera par le direct où nous maîtrisons les données du parcours d’achats du consommateur dans ce monde digitalisé.

Avec une mention sur l’avènement des réseaux sociaux des 4 E : Emotion | Expérience | Exclusivité | Engagement. Parce qu’avant tout, nous ne sommes pas « communauté » ou « clans » mais surement des « tribus », nous avons besoin d’une proximité et de relation pour exister, parfois consommer, mais surtout échanger.

 

Illustration : Photo authentique des cuisines des casseroles du Palais de L’Elysée.

 

Partager ce billet