Guide Michelin : Le pouvoir de la joie.

Les moins informés répondront inlassablement «  c’est 20 % de plus de chiffre d’affaires », alors que les plus avertis décèleront dans le regard des 54 élus de l’édition 2016, comme ceux de chaque année : l’émotion de la joie.

Des nombreux témoignages que l’on m’a confiés, cette émotion prend alors le pas sur son propre rythme de vie, elle en devient un adn, un partenaire qui guide vers cette sensation de bonheur. Elle emporte tout son entourage, fait prendre conscience que sans l’autre le succès n’est pas accessible.

Convertir l’acte de se nourrir, en une expérience de plaisir, le répéter chaque jour avec la même attention pour l’unique enchantement de l’autre, inventer sans cesse en fonction des saisons pour respecter notre mère nourricière, la terre, sont les premiers actes qui fondent la démarche.

Combiner à l’assiette, l’art de vivre et du recevoir avec les complices de la salle, créer les conditions de la quête de l’excellence, se refuser à la facilité, développer son âme de bâtisseur, accepter la dureté des labeurs, sont autant d’éléments qui s’inscrivent dans ce second acte pour sublimer le premier. Assembler le premier et le second pour exprimer un engagement solidaire, partagé et porté par toute une équipe qui ne fait plus qu’un.

Considérer que chaque client est unique, et un jour insuffler cette vision.

Vibrer, s’enthousiasmer, partager, transmettre.

C’est ma perception de ce qu’est une étoile au guide Michelin.

Partager ce billet