Est-ce que l’économie collaborative peut transformer votre hôtel ou votre restaurant ?

La clientèle d’affaire est de plus en plus nomade, ultra-connectée et en recherche de nouvelles zones pour identifier des espaces collaboratifs propices à la concentration ou la créativité.

Le constat : des salles de séminaire sous-exploitées, des salles de petit-déjeuner utiles moins de 2 heures dans une journée, le salon proche de la réception au calme et peu souvent utilisé, la salle de restaurant libre de 15 h 00 à 18 h 00, la chambre vide du matin attendant son client jusqu’à 15 h 00 : vont-ils devenir un produit complémentaire pour la profession CHR, attentive aux nouvelles attentes de la clientèle ?

Le monde de l’entreprise vit de profonds changements et adopte de nouvelles habitudes de travail. Au cœur de ce nouvel engouement : une volonté de se réunir pour favoriser les synergies et la motivation, des métiers de plus en plus freelance sans bureau attitré. Aussi, les entreprises n’investissent plus autant dans les bureaux de représentation : Pourquoi louer un bureau ou une salle de réunion à l’année, quand cela peut se trouver à la demi-heure à l’endroit où se trouvent ses collaborateurs à l’instant T.

D’un côté, de nombreux lieux se sont déjà transformés en véritable espace de coworking dédiés à ce nouveau marché qui doit surement dépasser les 2 millions de professionnels en France cherchant des lieux pour leurs échanges ou leurs travaux personnels.

Pendant plus de 7 ans, notre groupe de communication et média disposait de bureau sur Paris, en plus de notre siège social dans le Jura, machinalement pour chaque réunion, je rejoignais cette antenne pour conduire nos réunions. 1 an après avoir recentré toutes nos activités au cœur de Poligny pour doubler notre capacité, je suis devenu à titre personnel un nomade professionnel : que du bonheur !
D’abord par les rencontres que cela a favorisé à chacune de mes étapes, mais surtout l’espace de travail que j’identifie est souvent à quelques pas de mon dernier rendez-vous client : un gain de temps à chaque déplacement.

Ma difficulté c’est d’identifier le lieu qui déjà offre un cadre plus adapté à mes besoins : wifi gratuit, café compris, prise de courant, réunion à 2 à 4 mais aussi table ou je puisse m’isoler pour rédiger mes comptes rendus.

Ayant la chance de travailler pour de nombreuses tables et hôtels, je me pose la question si au cœur de leur stratégie de marque et offre produit classique : chambre / restauration / séminaire / spa / bar, le lancement d’un nouveau produit espace Coworking ne serait pas un produit facile à mettre en place et répondant à une véritable demande.

Alors question, est-ce que le molleton de la table étoilée Michelin aura une deuxième vie ? le fameux petit salon proche de la réception aura-t-il des zones propices à l’échange ? La suite au canapé-lit encombrant dans le salon aura-t-il demain des tables de 4 personnes permettant une salle de sous-commission avec une technique de porte fermée pour la partie chambre ?

Cette clientèle, dont je fais partie, est une nouvelle opportunité pour les hôtels et les restaurants, demain, j’ai la sensation que la profession ne bâtira plus des salons ou des réceptions mais des socialplace – Socialworking, où nous clients, nous pourrons partager : au final ce qui coûte cher dans un établissement, n’est-ce pas l’espace vide et sans consommation ?

Pour commercialiser vos lieux ? Ne vous inquiétez pas, nous sommes sur un modèle parfait d’ubérisation : pas de salarié, des salons existants, des clients en demande. Je suis convaincu que de nombreuses applications vont proposer ce service au client et vous pourrez y loger votre offre, aussi votre site internet aura demain, une page co-working en plus des catégories de chambre ou salons privés pour le déjeuner.

Dans un marché difficile ce qui assure la création de valeur, c’est la connaissance client, combinée à l’innovation, soutenus par le digital et jamais l’un sans l’autre : le coworking, c’est une tendance de fond : elle peut avoir du succès dans vos établissements : pensez-y !

Partager ce billet