Oui ! Vous ne serez plus seul !

Dîner à 4 mains, alliance de grandes maisons de Champagne et de restaurants, opérations communes de chefs pour un dîner, partenariats entre des marques et des chefs pour la mise au point de recettes, mises en avant des noms des producteurs sur les cartes de restaurant en marketing, la traduction de toutes ces opérations s’appellent du « co-branding ».

C’est au final, l’association de deux ou plusieurs marques pour assurer le développement, la communication d’un produit ou d’un service, qu’elles cosigneront. Les marques peuvent, par cette pratique, chercher à renforcer leur positionnement, rechercher une synergie avec leur partenaire pour créer de la singularité.

Pendant de nombreuses années, les spécialistes ont mesuré la valeur d’une entreprise sur la base de ses revenus ou encore de son actif, en conséquence, peu ont bâti une stratégie de marque. Pourtant, la valeur réelle dans l’esprit d’un consommateur, c’est la marque, pas le bilan de l’entreprise.

Grâce aux réseaux sociaux, chefs, sommeliers, pâtissiers, maîtres d’hôtel, directeurs d’hôtel, peuvent donner plus de pouvoir à leur marque que les cuisiniers des années 80-90, qui disposaient uniquement de la presse. Chaque acteur a regroupé des effets de leviers forts, souvent inexploités, mais pour certains, ils sont devenus indépendants et de véritables influenceurs du web : avant tout, un média.

Plus les acteurs de la gastronomie développeront des valeurs incarnées et, feront des alliances avec d’autres marques affichant aussi une singularité, plus l’écho sera grand pour accroitre la valeur de leur marque respective.

Pourquoi le co-branding sera dans les années à venir une formule gagnante ?

La particularité de la gastronomie, c’est que tout le monde se calque, combien de fois avez-vous vu, le design de votre assiette copié, la même méthode de cuisson, de présentation ? A chaque fois qu’un blogueur ou un cuisinier dénonce ce phénomène, je tente de faire une copie de l’écran : en voici deux, parmi les nombreuses que je collectionne.

copyright

Naturellement, cela m’a amené à envisager des solutions face à ce phénomène, intimement lié au cycle de vie d’un produit qui devient de plus en plus court…

Il faut souvent, toute une carrière pour mettre au point une dizaine de plats de mémoires…et une vie complète à innover et partager.

L’alliance des valeurs et des marques, initialement engagées dans un processus commun de quête de l’excellence, génère de la préférence dans le cœur des consommateurs. Parce qu’elles se distinguent de leurs « concurrents », pardon, « confrères », elles occupent une place privilégiée dans l’esprit des consommateurs, et gagnent en fidélité.

Bien plus qu’une simple marque, elles deviennent une signature, offrent davantage de bénéfices et créent de façon induite, une relation plus forte avec leurs clients.

Les consommateurs de demain n’iront pas chez vous uniquement pour la qualité de votre cuisine, mais pour l’ensemble de l’expérience et de toutes les expertises nées de vos collaborations avec d’autres signatures, pour offrir le plus beau des souvenirs.

Construire des nouveaux points d’accroche, c’est se construire une image qui combine la promesse que vous souhaitez faire à vos différents publics et les valeurs que vous voulez incarner.

L’union fait la force dans un monde qui se globalise, il faut penser global, agir local mais surtout aller vite.

Le co-branding doit être considéré comme un procédé global de création de valeur.

Le seul point de vigilance est qu’aucune stratégie de co-branding ne peut être envisageable si les entreprises concernées ne partagent pas les mêmes valeurs et n’ont pas une confiance réciproque.

Oui définitivement, vous n’êtes plus seul.

Partager ce billet