Hache Christopher et Lahellec Nils – Le Crillon : Matrix Reloaded

La matrice du Crillon va se recharger : il était normal que je fasse une halte dans cette maison avec laquelle j’ai connu de si belles histoires.

Aux commandes de ce dîner : Néo : Hache Christopher. Il suffit de regarder son portrait pour trouver les similitudes avec Keanu Reeves, je ne l’ai pas rencontré ce soir-là.
C’est Morphéus / Nils Lahellec qui a animé la soirée. On sent tout de suite que c’est capitaine de l’overcraft Nebuchadnezzar de la plus belle place du monde qui va faire peau neuve. Mais avant Reloaded, il y avait un premier épisode : j’ai d’abord connu Dominique Bouchet, le maître des clefs. J’ai des souvenirs de plats servis dans des verres à cocktail d’une délicatesse au palais, c’était l’époque où Philippe Leboeuf était au commande de la matrice, Philippe Perd juste derrière, et David Lama au service commercial.
Nous avions fait à l’époque le site internet de l‘hôtel le Crillon, qui remporta le 1er prix aux trophées du Web Tourisme 2001. Nos bureaux des Ateliers Apicius étaient encore dans notre ancien appartement d’étudiant de l’école hôtelière de Poligny et une fois par mois, je foulais le sol marbré de cet hôtel avec une grande fierté pour la réussite de mes collaborateurs sur ce projet.
Ensuite, j’ai fait plusieurs dîners avec Jean-Francois Piège : l’oracle. C’était l’époque de l’homme en colère, il va « tout mieux » maintenant. Je me souviens d’une discussion sur la précision de la recette du bœuf Doddin-Bouffant que faisait Yannick Alléno avec JFP. J’avais quitté la cuisine depuis déjà 8 ans, il me fallait même un Bescherelle pour écrire Dodin- bouffant alors la connaissance de la recette…
Nous nous étions mis d’accord pour dire que la cuisine de terroir depuis l’invention de la roue et du froid n’avait plus de sens, il fallait revenir à une cuisine ou le produit venait d’un maximum de 200 km pour étonner et revenir à une culture maîtrisée. Yannick de son côté m’avait amusé avec ce plat, à cette époque Stéphane Duault était le directeur de la communication du Meurice et donc assurait tous les « déjeuners presse » des journalistes américaines qui à chaque plat s’exclamaient « Oh My God ! ». Yannick avait inventé le premier plat sex toys avant le design de Chantal Thomas. Jean-François m’avait relayé sa passion pour la culture de la cuisine et je suis content d’avoir fait un repas – il n’y a pas longtemps au-dessus de la brasserie – où j’ai senti l’émotion.
Et cette émotion, elle était bien présente hier.

Néo Christopher Hache II était bien déconnecté son cocon avec une réalité de goût et de saveurs parfaites : plus particulièrement pour l’œuf truffe et le foie gras développant une identité propre de cuisson, de subtilité sur la fraîcheur. Morphéus est celui qui guide les clients à travers le choix de la carte, rend limpide l’information et exprime sa passion avec Marie Quatrehomme, une consœur MOF. Pour garder le contact avec ses clients pendant les deux prochaines années, il a décidé de devenir polyglottes pour s’assurer que quand la matrice aura fait peau neuve, il pourra de nouveau délivrer la vérité, quand à Néo, un vent souffle sur l’Asie avec la responsabilité de l’élu de faire briller le C du Crillon à travers le monde.
En fin de soirée, nous sommes allés dans le salon des aigles, avons ouvert la grande porte vitrée qui donne accès à la plus belle vue de Paris : nous nous sommes souvenus…

Mon épouse aujourd’hui, avait dit oui à ma demande de fiançailles dans cet hôtel. Vous comprenez alors pourquoi je vous parlais de belles histoires. Ce soir, là comme hier soir tout était magique.
Pour l’anecdote de la période passée, mon épouse dans son adolescence avait un coup de cœur pour Don Johnson, cela remonte… Elle avait même eu le plaisir plus tard de s’occuper de son accueil lorsqu’elle travaillait au Moulin de Mougins proche du festival (maintenant des Etoiles de Mougins). Le soir de nos fiançailles, juste après le tambour battant, il était planté là devant la porte, ma future femme avec un bouquet de roses, moi à côté me disant presque « mais avec lequel va t-elle partir ? ».
Don nous félicita, nous partîmes heureux pour la vie.

C’est ça les histoires du Crillon et c’est nul part ailleurs. Alors Morphéus et Néo : dans quelques jours à la fermeture, je vous invite à ce rituel de réouvrir la fenêtre du salon des aigles, de regarder par-dessus l’épaule de l’obélisque, et de voir toutes ces étoiles qui brillent : celles des clients du palace qui vous regardent pendant les deux prochaines années…

 


Agrandir le plan

Hôtel de Crillon

10 place de la Concorde 75008 Paris

 

Partager ce billet